L’acte créatif

Insecte 1

Till Rabus

 

Créer c’est un travail d’insecte. De fourmis, d’araignée ou encore de papillon.

C’est aller fouiller dans son coeur, sentir les émotions pulluler en nous et chercher à transformer ce magma bien souvent informe en quelque chose, en mots, en sons, en images ou en dessins. Une métamorphose de l’invisible, de l’indicible, de l’individuel en déclaration, en partage. C’est tisser des liens entre soi et soi, entre soi et les autres. Entre ce que l’on ressent et ce que l’on pense.

Depuis sa chrysalide, c’est aussi se transformer soi, aller à sa propre découverte. Parfois il faut ramper parce qu’on est à genoux, presque à terre, et l’acte créatif permet de se remettre debout en évacuant le mal, la tristesse, la colère, la peur ou la déception. D’autres fois, c’est l’envol, c’est faire éclater sa joie, le beau, la vie, le rire. Ou encore son excitation moite, ses fantasmes honteux, ses rêves cachés.

Un point commun entre tout ceux qui créent, que ce soit à potron-minet ou à la sorgue, que ce soit avec un pinceau ou un stylo, qu’ils jouent avec les dactyles ou les croches, ils sont, ils osent, ils clament. Ils prennent le risque d’ouvrir leurs élytres, fermes et solides, pour regarder à l’intérieur et se mettre à nu.

Je suis une fourmi ouvrière, je parcours le monde autour de moi à la recherche de nourriture, d’inspiration. Des mots qui se trouvent sur mon chemin et que j’attrape dans mes mandibules pour les digérer, les transformer, me nourrir.
Je suis une araignée qui tisse une toile, non pas pour attraper des proies mais pour sentir les vibrations du vent des autres, de leur soleil. Un repère tout aussi fragile que complexe.
Je suis un papillon, qui chaque jour ouvre ses ailes et redécouvre son monde.

« La cause première de la créativité semble être cette tendance de l’homme à s’actualiser et à devenir ce qui est potentiel en lui. Je veux parler de la tendance propre à toute vie humaine de s’étendre, de grandir, de se développer, de mûrir ; je veux parler du besoin de s’exprimer et d’actualiser ses capacités propres ». Carl Rogers

Contrainte du 14/03/2018  : mandibules, pulluler, élytres, tisser, métamorphose, sorgue, dactyle, ramper, moite

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :