Ma môme

img014

Matteo Palmieri

“Ma môme, ell’ joue pas les starlettes
Ell’ met pas des lunettes
De soleil
Ell’ pos’ pas pour les magazines…”

Nous nous sommes rencontrés à l’usine, à Créteil. Un travail à la chaîne, moi poinçonneur, elle à l’assemblage. Une tache rédhibitoire, répétitive, abrutissante. Mais le jour où elle est arrivée tout a changé pour moi. Depuis je l’observe en douce froncer les sourcils quand elle se fait mal aux doigts. Sortir un bout de la langue quand elle se concentre. Soupirer quand elle regarde l’horloge dont l’aiguille semble bloquée. Me sourire quand nos regards se croisent, tortiller une mèche et se mordre la lèvre. Phénoménologie de l’Amour : des petits riens qui rendent l’autre si exceptionnel. Nos heureux rituels qui ponctuent notre triste routine de travail.

Alors quand la sirène retentit pour annoncer la fin de la journée, je la sors ma môme. Je l’emmène à la fête foraine et nous partageons un nougat. Je l’invite dans un cinéma et je me blottis contre ses seins. Elle dans un fauteuil, moi sur le strapontin. Nous rentrons main dans la main. Notre réduit est au septième étage, l’ascenseur caduc ne fonctionne plus depuis des lustres. Dans l’entrée de l’immeuble, je me baisse, elle grimpe sur mon dos et je l’amène là-haut.

Quand la porte se referme, fini la douceur des amoureux aux anges. Ma môme devient ma diabolique catin.

Elle se déshabille et pose son cul sur la table. Elle écarte les jambes en me regardant : premier tour de manivelle de notre baise quotidienne. Elle m’appelle de l’index, j’arrive en rampant. Je la fouille de ma langue, de mes doigts. Elle avale mon sexe, je lui pince les seins. Elle se retourne et écarte les fesses, je force son anus. Je jouis, elle crie, je la fesse alors que mon sperme s’écoule de son cul, elle jouit. Elle se laisse glisser au sol. Je prends mon sexe en main. L’urine jaillit du méat. Elle ondule sous le jet doré. Dans le froid ambiant, sa peau dégage des fumerolles âcres. Elle approche sa bouche et avale la dernière goutte en me regardant…

“ …Et j’crois bien qu’la Saint’Vierge
Des églises
N’a pas plus d’amour dans les yeux
Et ne sourit pas mieux
Quoi qu’on dise.”

Variation sur Ma môme de Jean Ferrat

 

 

Contrainte du 21/01/2018 : Nougat, caduc, fumerolle, poinçonneur, rédhibitoire, phénoménologie, manivelle, méat, strapontin.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :