Les gens du Nord

945f62f2e3d68713daa693726c063335

Les mineurs, Mines de Lens en 1945 , Robert Doisneau

 

Mon grand-père était mineur à la fosse Casimir-Perier, propriété de la compagnie des mines d’Anzin. Il descendait chaque jour dans les boyaux de la Terre pour récolter le précieux fossile. De l’aube au crépuscule il vivait dans le noir, éclairé simplement par les petites lampes disposées le long du tunnel équipé de rails pour les chariots à houille.

Quand il rentrait, ses yeux bleus ressortaient comme deux diamants mis en lumière par sa peau noircie. Il ne parlait pas de sa journée. C’était un taiseux heureux : une pénurie de mots compensée par de larges sourires quand il me voyait courir vers lui pour l’embrasser. Puis il lisait en silence le journal en buvant une bière et en fumant une gauloise brune. Il n’y avait rien à dire de toute façon ;  aller au charbon, ces trois mots suffisaient à résumer sa journée. Nous savions que ses conditions de travail étaient terribles, c’était un esclave de la production, de la surexploitation minière qui profitait à quelques personnes bien nées, des prédateurs dont la proie est la main d’œuvre bon marché.

Un matin, sans le savoir, il est descendu pour la dernière fois. La galerie s’est effondrée. A vouloir creuser toujours plus loin, toujours plus profond la Terre se venge des saignées qu’on lui impose. Ma grand-mère a supplié les patrons de remonter les corps des trois hommes qui avaient péri, elle voulait enterrer son mari. Mais c’était bien trop risqué. Papi Germain git dans les catacombes de charbon, lieu de sépulture de nombreux mineurs de fond sacrifiés sur l’autel de la productivité et du rendement.

De toute cette histoire qui a tant façonné les paysages et la culture des gens du Nord, il reste les ruines des anciennes fosses, les corons et les terrils mais surtout l’humilité et la bienveillance gravées dans le cœur des chtis qu’ils se transmettent de génération en génération.

Les gens du Nord
Ont dans leurs yeux le bleu 
Qui manque à leur décor
Les gens du Nord
Ont dans le cœur le soleil 
Qu’ils n’ont pas dehors

Enrico Macias – Les gens du Nord (1967)

 

Contrainte du 3/02/2018 : Tunnel, supplier, chariot, crépuscule, journal, catacombes, pénurie, ruines, prédateurs.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :