Madame la marquise

Antoine Henault  Il était une fois, une Marquise qui vivait dans un univers sadien. Elle ne pensait qu’à bacchanaliser chaque nuit jusqu’à potron-minet, maltraitant pour assouvir sa perversion des jeunes filles et des jeunes hommes pour leur plus grand plaisir. A genoux devant elle, ils étaient prêts à tout pour la satisfaire. Leur cul se... Lire la Suite →

Dès que le vent soufflera…

Guy Bourdin On pense souvent que les femmes de marin, esseulées pendant les campagnes de pêche de leur matelot de mari, s’ennuient et pleurent “assises sur une bitte d’amarrage”. Mais loin de faire leur malheur, la mer offre à certaines des périodes de liberté qu’une épouse dévergondée d’ouvrier ne peut que leur envier. Maya est... Lire la Suite →

Certains disent que la France est en marche

Le peuple descend dans la rue pour exprimer sa colère. Nos dirigeants, sous couvert de nécessité de reformer pour permettre à la France de faire des économies, imposent aux travailleurs des mesures, des coupes budgétaires, des modifications de statut. Et toute rébellion contre l’esclavagisme de l’État reçoit sévère punition. Les grévistes subissent des reproches, empêcheurs... Lire la Suite →

Vulgarité offerte à ma salope

Charles Gatewood Ma salope adore se faire déboiter la rondelle. Je n’ai pas de queue mais je me sers de godes énormes comme gourdin pour lui défoncer le cul. Il bande alors comme un taureau. Parfois je demande à ma salace gonzesse de s’astiquer la bite dans les toilettes, de préférence dans des lieux publics,... Lire la Suite →

Conte de fesses à Cuba

Il était une fois, Sarah et moi... Croisée sur les bancs du collège, elle est rapidement devenue mon double, ma sœur de cœur. Nous nous sommes transformées en femme ensemble: partage de compliments rassurants, de questionnements farfelus et de premières expériences sexuelles curieuses. Puis elle a rencontré l’Amour et est devenue maman à vingt ans.... Lire la Suite →

Deux enfants au soleil 

Je rêve d’une plage isolée, au bord d’une mer calme. Allongés sur le sable, nous nous embrassons. Mes mains glissent sur ta nuque, ton torse et découvrent pour la première fois le grain de ta peau. Les cristaux de sel la rendent un peu rêche et je m’amuse avec. Ils s’accumulent sur le bout de... Lire la Suite →

Switch

James Wigger, Descending red shoes, 2011. A genoux, j’attends ses ordres. Mes yeux sont recouverts d’un bandeau opaque, ma bouche comblée par un bâillon-boule. Je ne peux me fier qu’à mon ouïe et à ma peau. Je l’entends tourner autour de moi. Mon épiderme perçoit les mouvements de l’air emporté par la cravache qu’il semble... Lire la Suite →

One mort Time

Ce texte a été écrit dans le cadre de la quatrième édition du prix de la nouvelle érotique, hors participation au concours. Un thème : One mort time et le mot final : entonnoir. Le cirque réalité, Sans paillette, ni flonflon Avec la Mort, la vraie, Eclairée au néon. Henri Oltramare, "La Trapéziste", vers 1900... Lire la Suite →

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑